Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 11:30

140201 SportFemininLe sport en France, c'est tout un poème. D'après les grandes théories du "Mangez-bougez" répétés à coup quotidien de spots publicitaires, l'activité physique est fondamentale pour l'hygiène personnelle. Toute la prévention sanitaire tourne autour de l'alimentation, des toxiques et du sport. Et finalement, quand une fille annonce une passion pour le sport, ça attire l'admiration et... la surprise !

Franchement, si demain votre fils vous annonce qu'il veut devenir "footballeur", vous lui direz à quel point il faut être fort à ce sport pour gagner sa vie. Mais si c'est votre fille qui vient vous le dire ? C'est un métier, "footballeuse" ? 

Pourtant l'entraînement est le même, les règles sont les mêmes, et il y a un football, un basket, un tennis, un rallye automobile, un rugby, un athlétisme féminins. Ils sont amateurs et professionnels. Mais les sponsors qui les payent sont bien moins visibles que ceux des sportifs masculins. Parce que, quand les "bleus", au masculin, passe à la télé, ils font de l'audience. Quand les "bleuettes" courent après un ballon, ça passe sur quelle chaîne ? 

En tout cas, ouvrez vos mirettes, car demain, ce sont les 24 heures du sport féminin dans les médias. France Télévision diffusera du sport féminin en direct sur France 4 (PSG-Montpellier en foot à 18h30, et France-Angleterre en rugby, dans le cadre du Tournoi des Six Nations à 20h45). Et des focus auront lieu dans les émissions - sportives ou non - du week-end, même les Z'Amours (!). Sur Eurosport, vous pourrez voir du ski (alpin et fond), du foot, du surf et du tennis au féminin. Ce sera l'occasion de mettre filles et garçons devant des performances sportives de qualité et de les laisser rêver.

Le basket, 1er sport collectif féminin en France (1 million de licenciées), en profite pour recruter au berceau, en offrant à toutes les petites filles nées demain un ballon rose. 

Parallèlement, rêve ou pas, le sport est un moyen d'épanouissement physique et psychologique très important. Dommage qu'il soit enseigné sous sa forme "compétitive" à l'école et pas comme une discipline personnelle... Il faut qu'ils et elles courent, dansent, bougent, sautent, se mettent en mouvement, et peu importe s'ils ou elles ne "gagnent" pas, tant que ça leur fait du bien, non ? J'ai compris ça, baskets aux pieds, le jour où j'ai couru La Parisienne : arriver au bout, c'est encore mieux qu'arriver première !

Alors, bougez-vous ! Commencez par vous entraîner pour le flashmob qui aura lieu demain à 11h sous la Tour Eiffel, après un rassemblement à 10h.


Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 12:11

140130 HappinezLa quête du bonheur, vaste programme pour 2014 ! Happinez, le nouveau magazine lancé ce mois-ci sur un modèle hollandais, s'est donné la mission de guider ses lecteurs dans cette quête-là. Oui, bien sûr, c'est une "vieille quête", quoique.

Nos ancêtres les gaulois étaient probablement plus dans la quête de la survie. Les seigneurs du Moyen Age dans la quête du patrimoine (et de la survie de la famille). Les philosophes des Lumières dans la quête de la vérité... Alors ça date de quand, cette idée étrange que, pour vivre bien, il faudrait - en plus - être heureux ? 

Ah oui, c'est vrai, les trente glorieuses, la société de consommation : au-dessus du seuil de pauvreté, nous avons des besoins plus "émotionnels", notre optique se dirige vers l'épanouissement, le plaisir, la sérénité, une forme de cohérence personnelle. Figurez-vous qu'il y a quelques années, à l'Université d'Harvard, Tal Ben-Shahar (lui-même diplômé de cet illustre regroupement de génies) a lancé un cours de psychologie positive. Si, si ! Basé sur des études très sérieuses (parce qu'on ne va pas à Harvard pour rigoler), et suivi par 20% des élèves ! Son "Apprentissage du Bonheur" (publié chez Belfond) retrace le parcours idéal du chasseur de bonheur.

La psychologie positive est donc devenue une sorte de must, y compris dans les meilleures écoles du monde. A l'heure où ressortent du bois les intégristes de tout poil, en recherche d'un hypothétique paradis (les Lumières nous auront au moins ouvert les yeux là-dessus), d'autres "spirituels" parlent de rituels et de visions, avec une visée résolument optimiste et... libre. Ca fait un peu baba-cool, tout ça. Mais le magazine Happinez est bien dans cette lignée-là, comme l'ambiance du festival Happinez en Hollande.

Happinez se dit "mindstyle magazine", soit. Il a une cible toute trouvée dans les jeunes qui sont, selon un sondage de 20 minutes (et Polling Vox), optimistes pour l'emploi en 2014. Ce sont eux aussi qui ont élu (dans le sondage TNS Sofres lancé pour Happinez) le Dalaï-Lama, Mandela et Simone Veil comme personnages inspirant le bonheur et l'harmonie personnelle. Et pour le trouver le bonheur, où le cherche-t-on ? Selon le même sondage, auprès de ses proches, dans la culture ou dans la... cuisine.

Y aurait-il vraiment une "recette du bonheur" ?

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:45

140128 InfideliteIl y a quelques années, j'ai acheté un livre qui s'appelait "Vive les hommes mariés". La lecture mémorable de cet ouvrage m'avais appris beaucoup de choses sur la situation de "maîtresse", des avantages de la situation jusqu'aux astuces pour trouver un appartement près de la maison de vacances du bienheureux garçon. 

Aujourd'hui, c'est Kenza Braiga qui publie le Petit Traité de l'infidélité aux Editions Quotidien Malin. Et elle navigue entre l'actualité brûlante du sujet (Valérie, François, Julie et... Gleeden qui s'affiche sur tous les murs du métro) et le fait que la morale réprouve ces pratiques dans la plupart des couches de la société.

Parallèlement, l'infidélité qui est partout reste toujours difficile à définir. La fameuse "question d'Ardisson" - "Sucer, c'est tromper ?" - peut s'adapter à de diverses manières : "Embrasser, c'est tromper ?" ; "Me masturber devant un porno, c'est tromper ?" ; "M'inscrire sur un site de rencontres extraconjugales, c'est tromper ?" ; "Rire sur Facebook avec une copine, c'est tromper ?". 

La situation de François, avec Valérie, pose elle aussi une série de questions. Faut-il être marié/pacsé pour se sentir trompé ? A quel point avoir un partenaire infidèle président de la République est-il plus ou moins humiliant qu'en avoir un qui est plombier ? Et Julie se sent-elle plus ou moins dans son droit quand elle est la favorite de François H. que si elle avait été la garce qui a piqué le mari de sa copine Monique ? 

En tout cas, Valérie et François auraient pu apprendre de nombreuses choses dans ce Traité, puisqu'il s'adresse à la fois aux infidèles (qui y apprendront comment draguer sur internet et ne pas se faire prendre), et aux pauvres "bafoués" qui sauront débusquer la tromperie la prochaine fois. 

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:48

AmisMikhyAvant tout, je voulais vous souhaiter une très bonne année... et justement, une année génératrice de belles rencontres. J'en profite pour vous dire un mot de Mélisa Wiro, que nous avions vue monter sur le podium du Rallye Aïcha des Gazelles en mars dernier.

Mélisa prépare sa participation au Rallye des Gazelles 2015 et utilise ce projet pour continuer les belles rencontres, notamment celle de Nathalie Andrieux. La présidente de l'association des Amis de Mikhy n'en revient pas... ses préoccupations touchent tout le monde : après le décès de son fils d'un cancer, elle a pensé à tous les enfants souffrant de cette maladie et qui sont touchés par la douleur. C'est ainsi qu'elle a créé son association en février 2012 pour "adoucir et prendre en compte la souffrance physique et morale des enfants."

La douleur de l'enfant, physique ou morale, c'est secondaire lorsque la maladie soignée par le personnel de santé est un cancer... en tous cas, c'est ce que les enfants ressentent. Lorsque, pour la troisième fois, leur est imposée une analyse ou une manoeuvre douloureuse (qui pique, qui force, qui serre...), et que l'infirmière tente de leur faire croire que "c'est rien, ça ne va durer que quelques secondes, sois courageux, ceci cela...", ça ne marche plus. Pire : ils ont mal à l'avance, rien que d'y penser. Dans une situation où ils craignent pour leur vie, les voilà qui se soucient au quotidien d'une douleur qui pourrait leur être épargnée grâce à quelques intentions (gaz hilarants, crèmes anesthésiantes, mots gentils, explications). Quand on sait l'importance du moral pour la guérison de n'importe quelle maladie...

Bref, Nathalie Andrieux est allée voir l'hôpital Gustave Roussy, spécialisé dans les cancers des enfants, pour leur parler de ça. Elle a convaincu la psychologue de l'hôpital de l'aider. L'action, pour l'instant, tourne beaucoup autour du soutien psychologique des enfants et des parents... lesquels ne peuvent pas toujours tout se dire les uns les autres tellement ils s'inquiètent les uns pour les autres.

Mélisa Wiro cherchait à donner du sens à sa participation au Rallye des Gazelles. Elle voulait partager l'expérience, mais aussi l'intérêt du défi, le rêve, avec des personnes à qui cela serait utile. Et rêver d'une expédition dans le désert, pour un enfant hospitalisé, c'est l'aventure en technicolor, derrière les perfusions et les sondes... 

A suivre, et de près.

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:36

Vanier 3Les vacances commencent ce soir pour les écoliers. Post-its au Père Noël des enfants qui s'ennuient.

"Séquence nostalgie avec Belle et Sébastien au cinéma". Ca cartonne depuis mercredi dernier. Une belle histoire. De belles images. A l'écran un Sébastien-Félix qui pétille, un Mehdi bucheron grognon et en vedette, la montagne et la neige.

C'est manifestement un film destiné à tous, porteur de valeurs consensuelles et douces comme du coton. C'est tout rassurant par les temps qui courent. 

Pour les grands voyages en train (oui, c'est long), osez montrer aux marmots la version originale du "feuilleton" dont l'intégrale DVD est disponible chez Gaumont et sur le site de l'Ina. Et vous, explorez les souvenirs de Mehdi dans son autobiographie.

"Séquence aventures avec l'Odyssée Sauvage". La télé a déjà passé deux fois le Grinch. Pour rêver de traîneaux inédits bien au chaud avec un chocolat chaud, accrochons-y plutôt des chiens et c'est parti pour Nicolas Vanier en Sibérie, en Mongolie et en Mandchourie dans son Odyssée Sauvage. Il part demain, et vous pourrez le suivre, au quotidien sur M6. Pour une bonne intro : le film de 6ter ("La dernière meute") sur la préparation de ce grand raid peut se revoir ici. Et puis vous pourrez suivre sur le site dédiée et sur M6 et ses chaînes soeurs toutes les aventures de neige.

Vers la fin de l'aventure, le dernier fils de Nicolas Vanier le rejoindra en Sibérie... Côme n'a pas fini de faire rêver les apprentis aventuriers du monde entier. Et le raid se terminera mi-mars, pfiou.

"Séquence rhume". Oui, ça c'est la séquence dont on aimerait se passer : mais comme Activox est le grand partenaire de Nicolas Vanier, je vous rappelle que le sirop de cette marque, que vous prendrez aux premiers signes de la toux, vous épargnera la séquence "je ne peux pas me mettre sur mon 31 pour le Nouvel An parce que j'ai 40 de fièvre".

Joyeux Noël, donc, et belles vacances aux enfants !

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 11:18

GazellesRenault 2Ca y est ! Le jury a fait son choix ! Parmi les vingt-quatre équipages présents aux sélections Renault du Rallye des Gazelles 2014, cinq ont été choisis. Au final, dix gazelles au taquet et sept départements du groupe Renault représentés. 

Vous les connaissez peut-être, ces filles super investies, prêtes à en découdre pour affronter le désert, la chaleur et l'orientation à la boussole : Stéphanie et Mihaela de la direction commerciale Euromed Afrique, Sophie et Christel de la Direction Performance et Contrôle, Delphine et Emilie de la Direction des fabrications et de la logistique, Lisa et Morgane de la Direction Juridique... et Afaf et Zineb, de Renault Maroc, que nous avions rencontrées et interviewées lors des sélections à Saint-Quentin. 

Mais alors qu'ont-elles déjà "gagné", ces dix femmes prêtes à affronter le désert ?

Elles ont gagné la reconnaissance du jury, présidé par Claire Martin. Celui-ci a dû faire des choix difficiles parmi un grand nombre de femmes motivées par l'aventure et le plaisir de représenter leur entreprise. Elles s'engagent également à suivre une journée de mediatraining à Paris ainsi qu'un week-end théorique de navigation (ou l'art de manier la carte et la boussole et d'oublier l'existence du GPS). Elles feront aussi une semaine de stage pratique de pilotage in situ, au Maroc.

C'est agréable de mettre déjà quelques visages sur les paroles d'admiration qui sortaient il y a quelques jours de la bouche de Dominique Serra quand elle parlait des participantes à ce Rallye hors du commun. Elles auront le temps des fêtes pour préparer leurs familles et proches à devenir des fanclubs efficaces. Pour une fois que ce sont les femmes qui sont gâtées avant le passage du Père Noël !

 

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 10:33

Gazelles2014 1Dominique Serra organise la Rallye Aïcha des Gazelles depuis 24 ans. Au début, une quarantaine de 4x4 s'engagaient avec boussole et cartes pour traverser le désert marocain... elles seront, pour le prochain rallye en mars prochain, 150 équipages. Au départ imaginé pour une campagne d'image du gouvernement marocain, c'est devenu un incontournable pour les aventurières de tout poil. Sportives, oui, bien sûr, mais surtout cette envie de se dépasser, de montrer de la persévérance, de l'enthousiasme, et un respect profond pour la terre qu'elles foulent.

La manière dont Dominique Serra en parle est teintée d'enthousiasme et d'inspiration, mais surtout d'une grande admiration pour des femmes qui se lancent dans un défi extraordinaire.

Participer à un événement comme celui-là, c'est plein d'aventures à la fois. D'abord, il faut le financer... Quand c'est votre entreprise qui vous finance, il faut subir une sélection draconienne. Quand c'est vous toute seule (comme Mélisa Wiro), il faut imaginer un vrai projet, et le défendre devant des sponsors et des partenaires. Ensuite, il faut se préparer.

Physiquement, bien sûr, mais aussi préparer son patron ("Patron, je pars trois semaines dans le désert !"), sa famille ("Choupinou, tu vas devoir gérer ton père tout seul pendant trois semaines !"), son moral ("Non, chéri, je ne me retire pas dans le désert pour méditer, je vais me battre !"), sa peau (provision de produits solaires pour peau palotte) et ses nerfs ("Oui, chère partenaire, tu vas subir mon caractère conquérant et obstiné pendant trois semaines et moi le tien !"). 

Et sur place, la vraie aventure, c'est de capitaliser toute cette préparation et - enfin - réaliser son rêve, en profiter pour en prendre plein les yeux, la tête et le coeur. Elles ont le temps, car elles parcourrent le désert à leur rythme, avec pour consigne de faire le moins de kilomètres possible, mais de trouver toutes les balises. C'est mieux pour les émissions de CO2. En plus, le Rallye souligne sa participation à la vie locale avec Coeur de Gazelles : chaque sponsor du rallye développe une action médicale, sociale ou éducative au Maroc.

Le détail amusant, c'est que lorsque vous parlez du Rallye avec Dominique Serra, elle ne prononce que rarement le mot "automobile" ou "voiture". C'est pas ça, le Rallye, c'est 300 femmes qui entament une tranche de vie incroyable, qui les a fait rêver avant le départ, longtemps, et continuera de peupler leurs rêves pendant longtemps après. C'est une initiative féminine, humaine, relationnelle. Et très très très chaude et chaleureuse, ce qui ajoute à son charme ces jours-ci !

 

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 10:24

BelleSebastienBelle et Sébastien sort au cinéma le 18 décembre. Ce film de Nicolas Vanier s'appuie sur l'histoire de la série mythique des années 60, celle dont toute une génération parle avec des étoiles dans les yeux. Ah, Cécile Aubry, romancière à succès et auteure de Belle et Sébastien et des aventures du poney Poly ! Ah le grand chien blanc si gentil ! Ah Mehdi, le fils de Cécile qui jouait Sébastien et a charmé toutes les filles de son époque !

L'acteur s'est fait un prénom qui l'a porté sur plusieurs séries télévisées, et en a fait un comédien cinéaste fier de son histoire. Il est ravi de la raconter, avec ses hauts et ses bas, dans un livre paru aux Editions Michel Lafon (La Belle histoire de Sébastien). Parions qu'elle se terminera comme il le rêve : à diriger un café-théatre dans le sud-ouest, pour découvrir de nouveaux talents.

Cette bouffée de nostalgie échappe à tous les moins de 50 ans. Devant le film, c'est la montagne de Nicolas Vanier qui resplendit et qui émeut. Adapté aux années de la deuxième guerre mondiale, la rencontre de Sébastien avec "la Bête" (qui devient Belle : n'y voyez aucune allusion à un conte de Perrault) nous entraîne dans des recoins des Alpes, au milieu de grandes étendues blanches, sous des avalanches, et même sur des apics qui font peur. Oui, tous les enfants qui iront voir le film auront envie de vivre une aventure de petit montagnard à l'ancienne : raquettes, skis en bois, fourrure, cadeaux de Noël taillés au couteau... et les adultes aussi, qui auront vu comme l'histoire "politique" est tout juste crédible, mais tant pis.

Mehdi trouve un rôle de sympathique grognon où il côtoie Félix, le nouveau Sébastien, auquel il "passe le relais". Tchéky Kario retourne dans les montagnes où vous l'aviez (probablement) croisé la première fois, dans l'Ours. Il n'est plus le vaillant beau gosse qui affronte la bête, mais le grand-père adoptif du marmot impertinent et courageux. L'âge lui va bien. Il partage sa vie bien remplie entre le cinéma, la télé (le DVD de la saison 2 de No Limit sort en janvier prochain) et.. la musique ! Il vient de sortir Credo, son deuxième album, avec Autour de la Mémoire, illustré par ce clip somptueux de Bilal. 

Nicolas Vanier, l'heureux réalisateur, de son côté, finit de préparer son Odyssée Sauvage, dernière expédition en traîneau, à travers la Mandchourie et la Mongolie pour finir au lac Baïkal... Il en parlait en septembre lors de la conférence de presse d'Arkopharma, son partenaire.

... mais de cela, nous reparlerons demain. Vous comprendrez pourquoi.


Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 09:28

Seb NutritionGourmandeLes bonnes résolutions de la rentrée ont pris un coup dans l'aile, et pourtant nous voudrions tous suivre hardiment les "mangez, bougez" du PNNS. Comme souvent, lorsqu'il faut changer ses habitudes, nous voudrions être "pris par la main", accompagné pour se sentir encouragé et moins seul. Seb a réfléchi à tout ça et mis en place une démarche très judicieuse.

Seb vend des appareils électroménagers qui aident à cuisiner, plutôt bon, plutôt light. Mais l'Actifry, qui a changé la vie d'Oprah Winfrey, nous ne nous en servons régulièrement que si nous pouvons y cuisiner autre chose que des frites de pomme de terre (même si c'est bon et si régressif !). Et c'est la même chose pour tous les appareils : autocuiseurs, vapocuiseurs et autres robots ménagers.

L'idée de Seb, c'est de nous prendre par la main et de nous proposer, en plus des appareils, un programme de coaching via une application mobile. Une étude faite par Médiqual Research, avec des questionnaires sur l'alimentation de plus de 200 personnes, montre que l'utilisation du Vitacuisine, de l'Actifry et de la yaourtière Seb associée à un accompagnement "électronique" donne des résultats impressionnants : le grignotage diminue, la consommation de fruits et légumes augmente, ainsi que la préparation des repas en famille, les familles les trouvent meilleurs, plus faciles à préparer, plus agréables, et... 47% des questionnés ont perdu au moins 2 kg et 38% ont perdu 4 cm de tour de taille.

Ce que Seb a compris, à travers cette étude, c'est l'importance du livret de recettes qui va avec la cocotte-minute. Alors qu'hier, nous achetions souvent des objets gadget sans nous demander combien de temps nous aurions envie de les utiliser, aujourd'hui, nous voulons tirer des avantages et du plaisir de chacun de nos achats. Avec mon Actifry, je veux faire des pommes de terre frites, mais aussi de la ratatouille et des desserts aux fruits... et je veux qu'on m'explique comment en faire des plats sains et délicieux et y associer un mode de vie... sain et délicieux. J'ai besoin d'astuces pour "manger, bouger" que je partage avec ma famille, mes amis, ma communauté. J'ai envie de me sentir entourée d'autres personnes qui ont la même démarche que moi !

Dès que l'appli mobile sera prête (début 2014), nous vous dirons bien vite où la trouver. Et vous pourrez faire partie de la communauté de celles qui utilisent les appareils Seb pour vivre mieux... et nous sommes nombreuses à savoir que l'effet "communauté" aide à tenir ses bonnes résolutions !

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 12:27

BottinGourmandAu Cercle Interalliée, le 18 novembre dernier, se tenait la dégustation cravatée des vins du Bottin Gourmand. Je n'ai pas mis de cravate (mais pas de jean non plus, qui était interdit), et j'ai répondu à l'invitation de Suzanne Méthé, qui s'occupe du vin pour le Bottin Gourmand et le magazine Régal

Le Cercle de l'Union Interalliée, c'est un club privé de personnalités du monde des affaires et de la politique... d'où la tenue correcte exigée. Le Bottin Gourmand, c'est le descendant du principal concurrent du Michelin, proposé par un autre fabricant de pneu : Kléber. Devenu Bottin Gourmand en 1981, son idée est de défendre le plaisir culinaire, à travers les grandes tables gastronomiques mais aussi les bouchons lyonnais et autres bistrots de qualité. Bref, tout ce qui s'accompagne élégamment d'un verre de bon vin ou de bière.

Voilà comment le guide réunit une vingtaine de caves, dont une petite moitié de champagne. 

Ce qui a d'abord attiré notre attention, entre les tables consacrées au champagne, ce sont les petites bulles délicates d'une... bière ! La brasserie Licorne venait là présenter sa Licorne Grand Cru, avec l'ambition d'accompagner des repas gastronomiques au restaurant et chez vous et moi. Oui, la bière a sa place avec la Flammküch et la choucroute, mais pourquoi pas avec d'autres plats et même à l'apéritif ou au dessert dans des "flutes à bière", façon champ' ? Son originalité : une robe claire grâce aux grains d'orge, les plus belles fleurs de houblon et une levure très particulière qui sert pour faire pétiller les... champagnes !

Juste à côté, pour continuer dans l'ambiance alsacienne, se trouvaient les bouteilles de la cave de Turckheim. Un rendement limité est imposé aux vignerons qui approvisionnent cette cave, pour une meilleure qualité des matières premières destinées à fabriquer des vins exigeants. Plus de 80% de vendange manuelle, apports en pesticides limités... maîtrise de la totalité de la récolte, tout pour un meilleur vin. 

Parmi les favoris de cette saison, un Riesling Brand Grand Cru, 2008, aux arômes minéraux et agrumes, avec une acidité presque crystalline : vin sec pour être facile à marier, avec du poisson fumé ou en sauce, des volailles sauce crémée, etc. Et le Pinot Noir T, 2009, élevé en barrique neuve, travaillé sur de petits rendements pour un équilibre entre le bois et le fruit. 2009 a été une très belle année pour le Pinot Noir, car brûlante comme le cru 2003 (la canicule a parfois du bon). Avec ses arômes vanillés et fruités, chaleureux et soyeux à la fois, le seul cépages rouges d'Alsace accompagne parfaitement les gibiers, les viandes rouges et les plats en sauce.

Ca ne vous donne pas des idées pour les réveillons à venir ?

 

Partager cet article

Published by Stephanie Bujon
commenter cet article

Présentation

  • : Mamaison la Communauté
  • Mamaison la Communauté
  • : Je m'organise, tu t'organises, il s'organise afin d'avoir du temps et de la place pour les choses importantes. A la maison, en famille, et dans la vie en général, s'organiser, ça s'apprend.
  • Contact

Recherche

Liens