Vendredi 31 janvier 2014 5 31 /01 /Jan /2014 11:30

140201 SportFemininLe sport en France, c'est tout un poème. D'après les grandes théories du "Mangez-bougez" répétés à coup quotidien de spots publicitaires, l'activité physique est fondamentale pour l'hygiène personnelle. Toute la prévention sanitaire tourne autour de l'alimentation, des toxiques et du sport. Et finalement, quand une fille annonce une passion pour le sport, ça attire l'admiration et... la surprise !

Franchement, si demain votre fils vous annonce qu'il veut devenir "footballeur", vous lui direz à quel point il faut être fort à ce sport pour gagner sa vie. Mais si c'est votre fille qui vient vous le dire ? C'est un métier, "footballeuse" ? 

Pourtant l'entraînement est le même, les règles sont les mêmes, et il y a un football, un basket, un tennis, un rallye automobile, un rugby, un athlétisme féminins. Ils sont amateurs et professionnels. Mais les sponsors qui les payent sont bien moins visibles que ceux des sportifs masculins. Parce que, quand les "bleus", au masculin, passe à la télé, ils font de l'audience. Quand les "bleuettes" courent après un ballon, ça passe sur quelle chaîne ? 

En tout cas, ouvrez vos mirettes, car demain, ce sont les 24 heures du sport féminin dans les médias. France Télévision diffusera du sport féminin en direct sur France 4 (PSG-Montpellier en foot à 18h30, et France-Angleterre en rugby, dans le cadre du Tournoi des Six Nations à 20h45). Et des focus auront lieu dans les émissions - sportives ou non - du week-end, même les Z'Amours (!). Sur Eurosport, vous pourrez voir du ski (alpin et fond), du foot, du surf et du tennis au féminin. Ce sera l'occasion de mettre filles et garçons devant des performances sportives de qualité et de les laisser rêver.

Le basket, 1er sport collectif féminin en France (1 million de licenciées), en profite pour recruter au berceau, en offrant à toutes les petites filles nées demain un ballon rose. 

Parallèlement, rêve ou pas, le sport est un moyen d'épanouissement physique et psychologique très important. Dommage qu'il soit enseigné sous sa forme "compétitive" à l'école et pas comme une discipline personnelle... Il faut qu'ils et elles courent, dansent, bougent, sautent, se mettent en mouvement, et peu importe s'ils ou elles ne "gagnent" pas, tant que ça leur fait du bien, non ? J'ai compris ça, baskets aux pieds, le jour où j'ai couru La Parisienne : arriver au bout, c'est encore mieux qu'arriver première !

Alors, bougez-vous ! Commencez par vous entraîner pour le flashmob qui aura lieu demain à 11h sous la Tour Eiffel, après un rassemblement à 10h.


Par Stephanie Bujon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 30 janvier 2014 4 30 /01 /Jan /2014 12:11

140130 HappinezLa quête du bonheur, vaste programme pour 2014 ! Happinez, le nouveau magazine lancé ce mois-ci sur un modèle hollandais, s'est donné la mission de guider ses lecteurs dans cette quête-là. Oui, bien sûr, c'est une "vieille quête", quoique.

Nos ancêtres les gaulois étaient probablement plus dans la quête de la survie. Les seigneurs du Moyen Age dans la quête du patrimoine (et de la survie de la famille). Les philosophes des Lumières dans la quête de la vérité... Alors ça date de quand, cette idée étrange que, pour vivre bien, il faudrait - en plus - être heureux ? 

Ah oui, c'est vrai, les trente glorieuses, la société de consommation : au-dessus du seuil de pauvreté, nous avons des besoins plus "émotionnels", notre optique se dirige vers l'épanouissement, le plaisir, la sérénité, une forme de cohérence personnelle. Figurez-vous qu'il y a quelques années, à l'Université d'Harvard, Tal Ben-Shahar (lui-même diplômé de cet illustre regroupement de génies) a lancé un cours de psychologie positive. Si, si ! Basé sur des études très sérieuses (parce qu'on ne va pas à Harvard pour rigoler), et suivi par 20% des élèves ! Son "Apprentissage du Bonheur" (publié chez Belfond) retrace le parcours idéal du chasseur de bonheur.

La psychologie positive est donc devenue une sorte de must, y compris dans les meilleures écoles du monde. A l'heure où ressortent du bois les intégristes de tout poil, en recherche d'un hypothétique paradis (les Lumières nous auront au moins ouvert les yeux là-dessus), d'autres "spirituels" parlent de rituels et de visions, avec une visée résolument optimiste et... libre. Ca fait un peu baba-cool, tout ça. Mais le magazine Happinez est bien dans cette lignée-là, comme l'ambiance du festival Happinez en Hollande.

Happinez se dit "mindstyle magazine", soit. Il a une cible toute trouvée dans les jeunes qui sont, selon un sondage de 20 minutes (et Polling Vox), optimistes pour l'emploi en 2014. Ce sont eux aussi qui ont élu (dans le sondage TNS Sofres lancé pour Happinez) le Dalaï-Lama, Mandela et Simone Veil comme personnages inspirant le bonheur et l'harmonie personnelle. Et pour le trouver le bonheur, où le cherche-t-on ? Selon le même sondage, auprès de ses proches, dans la culture ou dans la... cuisine.

Y aurait-il vraiment une "recette du bonheur" ?

Par Stephanie Bujon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 29 janvier 2014 3 29 /01 /Jan /2014 14:45

140128 InfideliteIl y a quelques années, j'ai acheté un livre qui s'appelait "Vive les hommes mariés". La lecture mémorable de cet ouvrage m'avais appris beaucoup de choses sur la situation de "maîtresse", des avantages de la situation jusqu'aux astuces pour trouver un appartement près de la maison de vacances du bienheureux garçon. 

Aujourd'hui, c'est Kenza Braiga qui publie le Petit Traité de l'infidélité aux Editions Quotidien Malin. Et elle navigue entre l'actualité brûlante du sujet (Valérie, François, Julie et... Gleeden qui s'affiche sur tous les murs du métro) et le fait que la morale réprouve ces pratiques dans la plupart des couches de la société.

Parallèlement, l'infidélité qui est partout reste toujours difficile à définir. La fameuse "question d'Ardisson" - "Sucer, c'est tromper ?" - peut s'adapter à de diverses manières : "Embrasser, c'est tromper ?" ; "Me masturber devant un porno, c'est tromper ?" ; "M'inscrire sur un site de rencontres extraconjugales, c'est tromper ?" ; "Rire sur Facebook avec une copine, c'est tromper ?". 

La situation de François, avec Valérie, pose elle aussi une série de questions. Faut-il être marié/pacsé pour se sentir trompé ? A quel point avoir un partenaire infidèle président de la République est-il plus ou moins humiliant qu'en avoir un qui est plombier ? Et Julie se sent-elle plus ou moins dans son droit quand elle est la favorite de François H. que si elle avait été la garce qui a piqué le mari de sa copine Monique ? 

En tout cas, Valérie et François auraient pu apprendre de nombreuses choses dans ce Traité, puisqu'il s'adresse à la fois aux infidèles (qui y apprendront comment draguer sur internet et ne pas se faire prendre), et aux pauvres "bafoués" qui sauront débusquer la tromperie la prochaine fois. 
Par Stephanie Bujon
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 13 janvier 2014 1 13 /01 /Jan /2014 16:48

AmisMikhyAvant tout, je voulais vous souhaiter une très bonne année... et justement, une année génératrice de belles rencontres. J'en profite pour vous dire un mot de Mélisa Wiro, que nous avions vue monter sur le podium du Rallye Aïcha des Gazelles en mars dernier.

Mélisa prépare sa participation au Rallye des Gazelles 2015 et utilise ce projet pour continuer les belles rencontres, notamment celle de Nathalie Andrieux. La présidente de l'association des Amis de Mikhy n'en revient pas... ses préoccupations touchent tout le monde : après le décès de son fils d'un cancer, elle a pensé à tous les enfants souffrant de cette maladie et qui sont touchés par la douleur. C'est ainsi qu'elle a créé son association en février 2012 pour "adoucir et prendre en compte la souffrance physique et morale des enfants."

La douleur de l'enfant, physique ou morale, c'est secondaire lorsque la maladie soignée par le personnel de santé est un cancer... en tous cas, c'est ce que les enfants ressentent. Lorsque, pour la troisième fois, leur est imposée une analyse ou une manoeuvre douloureuse (qui pique, qui force, qui serre...), et que l'infirmière tente de leur faire croire que "c'est rien, ça ne va durer que quelques secondes, sois courageux, ceci cela...", ça ne marche plus. Pire : ils ont mal à l'avance, rien que d'y penser. Dans une situation où ils craignent pour leur vie, les voilà qui se soucient au quotidien d'une douleur qui pourrait leur être épargnée grâce à quelques intentions (gaz hilarants, crèmes anesthésiantes, mots gentils, explications). Quand on sait l'importance du moral pour la guérison de n'importe quelle maladie...

Bref, Nathalie Andrieux est allée voir l'hôpital Gustave Roussy, spécialisé dans les cancers des enfants, pour leur parler de ça. Elle a convaincu la psychologue de l'hôpital de l'aider. L'action, pour l'instant, tourne beaucoup autour du soutien psychologique des enfants et des parents... lesquels ne peuvent pas toujours tout se dire les uns les autres tellement ils s'inquiètent les uns pour les autres.

Mélisa Wiro cherchait à donner du sens à sa participation au Rallye des Gazelles. Elle voulait partager l'expérience, mais aussi l'intérêt du défi, le rêve, avec des personnes à qui cela serait utile. Et rêver d'une expédition dans le désert, pour un enfant hospitalisé, c'est l'aventure en technicolor, derrière les perfusions et les sondes... 

A suivre, et de près.

Par Stephanie Bujon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 20 décembre 2013 5 20 /12 /Déc /2013 16:36

Vanier 3Les vacances commencent ce soir pour les écoliers. Post-its au Père Noël des enfants qui s'ennuient.

"Séquence nostalgie avec Belle et Sébastien au cinéma". Ca cartonne depuis mercredi dernier. Une belle histoire. De belles images. A l'écran un Sébastien-Félix qui pétille, un Mehdi bucheron grognon et en vedette, la montagne et la neige.

C'est manifestement un film destiné à tous, porteur de valeurs consensuelles et douces comme du coton. C'est tout rassurant par les temps qui courent. 

Pour les grands voyages en train (oui, c'est long), osez montrer aux marmots la version originale du "feuilleton" dont l'intégrale DVD est disponible chez Gaumont et sur le site de l'Ina. Et vous, explorez les souvenirs de Mehdi dans son autobiographie.

"Séquence aventures avec l'Odyssée Sauvage". La télé a déjà passé deux fois le Grinch. Pour rêver de traîneaux inédits bien au chaud avec un chocolat chaud, accrochons-y plutôt des chiens et c'est parti pour Nicolas Vanier en Sibérie, en Mongolie et en Mandchourie dans son Odyssée Sauvage. Il part demain, et vous pourrez le suivre, au quotidien sur M6. Pour une bonne intro : le film de 6ter ("La dernière meute") sur la préparation de ce grand raid peut se revoir ici. Et puis vous pourrez suivre sur le site dédiée et sur M6 et ses chaînes soeurs toutes les aventures de neige.

Vers la fin de l'aventure, le dernier fils de Nicolas Vanier le rejoindra en Sibérie... Côme n'a pas fini de faire rêver les apprentis aventuriers du monde entier. Et le raid se terminera mi-mars, pfiou.

"Séquence rhume". Oui, ça c'est la séquence dont on aimerait se passer : mais comme Activox est le grand partenaire de Nicolas Vanier, je vous rappelle que le sirop de cette marque, que vous prendrez aux premiers signes de la toux, vous épargnera la séquence "je ne peux pas me mettre sur mon 31 pour le Nouvel An parce que j'ai 40 de fièvre".

Joyeux Noël, donc, et belles vacances aux enfants !

Par Stephanie Bujon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Présentation

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés